De toute ton âme?

« Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme,
de toute ta pensée, et de toute ta force
. »  Deut. 6:5

L’expression « de toute ton âme » est reprise plusieurs dizaines de fois dans la bible et est souvent lue rapidement; on comprend que Dieu nous invite à l’aimer entièrement, complètement, de tout notre être, etc. et notre réflexion s’arrête souvent là. Cependant n’y a-t-il pas quelque chose à creuser ici? Qu’est-ce que « mon âme« ?

Cette question n’est pas nouvelle, les philosophes la traquaient déjà bien avant notre ère, et une science de l’âme (Psychologie = du grec psychè: âme; logos: parole) s’est même développée formellement depuis le début du 20ème siècle.

Les philosophes grecs:

Regardons-y de plus près: certains philosophes, Socrate, Platon et d’autres en ont largement parlé, sans se mettre d’accord:

arton428
Buste de Platon

Platon: l’âme aurait plusieurs parties: l’appétit, la colère et ‘le rationnel ou divin’, seule cette dernière partie serait immortelle; et notre vie serait ainsi polarisée en fonction de la partie qui prédomine. Après la mort du corps l’âme rejoindrait le « monde des idées », avec plusieurs formes de réincarnations envisagées.

Aristote: pense que l’âme et le corps sont la même chose, une seule et même réalité dont le corps ne serait que la substance matérielle et l’âme la forme, ou l’acte. Chez Aristote, l’âme aurait 4 fonctions (qui jalonnent son développement): la faculté nutritive, sensitive, motrice et enfin pensante (l’homme supérieur).

Épicure: pour lui l’âme est totalement mortelle, matérielle, dispersée sous forme d’atomes dans le corps, rien n’en subsiste après la mort. Il n’y a rien de divin dans l’âme, car pour Épicure les dieux ne se préoccupent pas des choses humaines.

Psychologie:

En psychologie, Freud assimile l’âme à « l’appareil psychique », qu’il théorisera en 3 pôles:

sigmund_freud35082
Sigmund Freud

conscient, préconscient et inconscient (1ère topique), puis (2ème topique) le ça (qui serait notre réservoir à pulsions, régi par le principe de plaisir; le moi, ou partie de notre personnalité assurant les fonctions conscientes, régi par le principe de réalité; et le surmoi, qui serait une forme de petite conscience, contenant l’intériorisation des interdits parentaux, notre petite voix qui dit « c’est pas bien« ).

 

Curiosités:

L’âme suscite tellement de curiosités et d’intérêt qu’elle a fait l’objet de certaines expériences un peu particulières. Par exemple, en 1907, un certain Duncan MacDougall, médecin américain, a pesé des corps avant et après leur mort. Il aurait observé qu’en moyenne les corps post mortem perdaient 21 grammes, et en a conclu que l’âme pèse donc… 21 grammes.

La question a malheureusement également fait l’objet de polémiques. Par exemple, la secte des témoins de Jéhovah (se basant sur des textes comme celui du Lévitique 17:14 :

Actus-Défunts
Rite catholique et ancestral d’allumage d’une bougie pour les défunts

« Car l’âme de toute chair, c’est son sang, qui est en elle. C’est pourquoi j’ai dit aux enfants d’Israël : Vous ne mangerez le sang d’aucune chair ») interdit la pratique de la transfusion sanguine à ses fidèles, même mourants. Par ailleurs, ils ne croient pas en l’immortalité de l’âme, contrairement aux catholiques, qui eux  vont jusqu’à élargir la communion des saints aux défunts, prient pour leurs âmes, et les prient eux-même.

 

Qu’en dit la bible?

La question ne peut donc pas laisser indifférent. Ces exemples démontrent que l’homme a conscience d’une pluralité en lui, de différentes facettes de sa personne, à la fois différentes et mêmes, dont l’être dans son ensemble forme probablement plus que la simple somme de ses composants. Les différentes croyances au sujet de l’âme ont laissé des traces dans l’ère du temps, et dans notre représentation collective de l’âme! La bible y échappe-t-elle? Que dit la bible de l’âme?

Ce sera l’objet d’un prochain article 😉